Écrivez-moi!

 
Dernières nouvelles


25 août 2010

Chers lecteurs, chères lectrices,

Lors de mon passage au Salon du livre de Dieppe au Nouveau-Brunswick en octobre 2008, une dame est venue me rencontrer. Isabelle Cormier s’est présentée comme étant la directrice du Centre d’études acadiennes et du Musée acadien, tous deux affiliés au Campus Moncton de l’Université de Moncton. Elle avait entendu parler de mon livre (Lettres d’amour d’un soldat acadien, Éditions de la francophonie, 2007) par le folkloriste acadien et historien Georges Arseneault. Elle m’abordait surtout à propos des lettres qui étaient à l’origine de ce livre. Elle me proposa de créer un fonds d’archives privées au CEA. « Ce seront des documents précieux pour l’Acadie et pour les chercheurs et les généalogistes », m’a-t-elle expliqué. En me remettant de ma surprise, je lui ai répondu que ces lettres appartenaient à mes parents et que la décision revenait à ma mère (mon père étant décédé). Elle m’a laissé ses coordonnées pour que je lui fasse part de la décision de maman.

Après en avoir discuté avec ma mère, mes frères et mes sœurs, nous avons convenu d’accepter l’offre. Si bien que le 15 septembre 2009, maman et moi recevions Mme Cormier chez moi pour lui remettre environ 300 lettres pour la création du Fonds d’archives privées Marcel et Thérèse (Richard) Chiasson (no 1378). Des sentiments opposés nous habitaient alors. D’abord: la joie et la fierté qu’une université accorde une telle importance à « des simples lettres de jeunesse » comme le disait maman. Puis, la tristesse de voir partir ces vieux documents et la crainte de ne plus les revoir ou même qu’elles ne soient pas entre de bonnes mains. Nous avons tout de même décidé de faire confiance et d’aller jusqu’au bout, en priant que ce soit pour le mieux. « Dès que tout sera en place, ajouta Mme Cormier comme pour nous consoler, je vous invite à venir voir sur place où vos archives seront entreposées. » Nous étions rassurés… un peu…

Le vendredi 30 juillet dernier, moins d’un an plus tard, nous allions boucler la boucle. Maman, plusieurs membres de ma famille et moi-même nous sommes rendus au Centre d’études acadiennes Anselme-Chiasson à l’Université de Moncton. Isabelle Cormier n’a pu nous recevoir ayant quitté son poste au printemps dernier. Nous avons tout de même été très bien accueillis par des archivistes passionnés d’histoire, Kenneth Breau, Robert Richard et Régis Brun. On nous a d’abord parlé du Centre et de son principal mandat qui est
« de rassembler et de conserver en un même endroit tout le matériel documentaire pertinent concernant les Acadiennes et les Acadiens et la société acadienne à quelque point de vue que ce soit ». Des instruments de recherche sont mis à la disposition des chercheurs et du public afin de faciliter l’accès à ces documents. Nos hôtes nous ont ensuite guidé à l’arrière des bureaux où l’on retrouve des étagères plein les murs. Elles abritent des milliers de documents de toutes sortes : des registres paroissiaux et municipaux, des documents d’organismes encore existants ou disparus, des archives privées d’individus ou de famille. Il y avait le tout premier costume de scène de La Sagouine, les premières publications de plusieurs journaux dont L’Évangéline, et quoi d’autre encore.

Robert Richard nous a ensuite rejoints dans l’aire de travail du Centre avec un chariot sur lequel trois boîtes étaient posées. Nous avons tout de suite compris qu’il s’agissait de « nos » archives. Lorsqu’il les a ouvertes, nous avons reconnu les boîtes à chaussures qui ont caché les lettres durant tant d’années. L’émotion s’est emparée de nous. On les retrouvait enfin, bien en sécurité, entre les mains d’amoureux de l’Histoire de l’Acadie.

Nous n’allions pas quitter le Centre sans immortaliser l’événement avec nos appareils photo. Nous sommes repartis, la tête pleine d’images, le cœur heureux et la confiance ravivée. Les lettres d’amour du soldat acadien et de sa jolie Trifluvienne peuvent désormais dormir en paix, pour l’éternité. Cliquez ici pour voir quelques photos.


Le « tome deux » de LASA (acronyme pour Lettres d’amour d’un soldat acadien) avance. Lentement, mais sûrement. C’est ça qui importe. Ça n’a pas été facile de choisir l’angle sous lequel j’allais regarder les quelque deux cents lettres que Thérèse et Marcel se sont adressées après le retour du soldat. Thérèse poursuivait sa vie de jeune fille à Trois-Rivières alors que Marcel voyageait au pays au gré des décisions de l’armée. Quoi d’autres que des lettres pour rester en contact. Entre les projets de famille, le gagne-pain et autres « priorités », je réussis à ajouter des pages et des chapitres à l’ouvrage. Patientons, la récompense viendra!


L’Association acadienne de la région de Québec, dont je suis secrétaire, est toujours très active. Venez voir notre site.

Et pourquoi ne pas vous joindre à nous? Que vous soyez Acadien, Acadienne, curieux ou amoureux de ce peuple que l’Histoire ne réussit pas à éteindre, que vous soyez de la région de Québec ou d’ailleurs, vous aurez des nouvelles de ce qui se passe en Acadie du Québec et ailleurs, contactez-moi.


Avez-vous visité la Toile des créateurs récemment? Venez voir ce que les artistes réussissent à créer avec leur talent.

Vous êtes aussi un créateur? Joignez-vous au bottin des créateurs. Si vous désirez plus de détails, contactez-moi.

Je m’initie tranquillement à Facebook. Venez me voir. Venez me rencontrer sur FaceBook




14 décembre 2009

Chers lecteurs, chères lectrices,

Il y a longtemps que j’ai donné des nouvelles. Mille activités, seul, avec la famille, les amis. Sans oublier le gagne-pain quotidien. Je viens rattraper tout ce temps!

Je me suis enfin remis à l’écriture de ce que j’appelle provisoirement mon « tome deux » des Lettres d’amour d’un soldat acadien. Marcel et Thérèse, vous vous souvenez, se sont finalement revus, à 19 h 40 le 17 juillet 1945 sur le quai de la gare de Trois-Rivières. Qu’est-il advenu d’eux par la suite? Ils se mariaient dès le lendemain? Bien sûr que non. À cette époque, les choses se font lentement. Sont-ils à nouveau séparés? Chacun dans leur coin du monde? L’attente redevient-elle leur quotidien? À cette époque, les voyagements sont sans fins.

Les distances, comme le temps, semblent être d’un autre monde…

Mon regard indiscret se replonge dans les lettres restantes, mon cœur trépidant s’allie à ceux du jeune couple, ma tête cartésienne scrute les archives d’après-guerre, alors que mes mains de plus en plus rassurées s’activent sur le clavier. Plus tard, un second livre en résultera…

Pour ceux d’entre vous qui connaissent ma mère, vous ne serez pas surpris d’apprendre (plusieurs le savent déjà) qu’elle a sauté en parachute le 15 août dernier à l’âge de 83 ans. En fait, il s’agissait de son deuxième saut puisqu’elle avait connu une première expérience en 2000 alors qu’elle n’avait que 74 ans. Elle avait ce rêve enfoui en elle depuis cet été de 1945 où elle a rencontré un jeune parachutiste portant béret rouge et bottes brunes. Ils caressaient le projet de sauter un jour ensemble quand ce serait permis « aux civils » de le faire, quand les enfants seront grands, quand…, quand… Puis, le temps a passé, papa est décédé, le rêve fut oublié. Jusqu’à ce qu’une de ses petites-filles le ravive. (Voir autre texte.)

Voilà qu’en ce 15 août 2009, journée de fête nationale des Acadiens, journée de mon anniversaire de mariage, je monte à bord d’un petit Cessna avec maman pour, quelques minutes plus tard, me tirer dans le vide avec elle, chacun en tandem avec nos instructeurs. Six membres de notre famille accomplissaient l’exploit dans les vols suivants. Ce que papa a fait il y a plus de 60 ans, nous le réussissions à notre tour. (Voir autre texte.)

L’Association acadienne de la région de Québec, dont je suis secrétaire, est toujours très active. Allez voir notre site.

Dites donc, vous êtes Acadien? Acadienne? Acadianophile? Pourquoi ne pas vous joindre à nous? Vous êtes de l’extérieur de la région? Pas de problèmes ; on a ce qu’il vous faut, contactez-moi.

Vous connaissez la Toile des créateurs? C’est un portail que j’ai créé avec mon frère Claude qui est webmestre. Il est destiné aux artistes et artisans, petits et grands, et aux amoureux de l’art et de l’artisanat. Il regroupe des créateurs de tous les domaines artistiques et utilise la force du nombre pour promouvoir leurs œuvres auprès des individus et des organismes. Si vous êtes créateur, joignez-vous au bottin des créateurs. Si vous aimez voir et vous procurer des œuvres d’arts, venez visiter le site des artistes et artisans déjà inscrits au bottin des créateurs. Si vous désirez plus de détails, contactez-moi.

L’année 2010 s’amène avec ses promesses et ses défis. Je nous la souhaite remplie d’inspiration et de création, cousues de bonheur quotidiens.




6 juillet 2009

Chers lecteurs, chères lectrices,

L’aventure des Lettres d’amour d’un soldat acadien se poursuit. Avec trois de mes collègues des Éditions de la francophonie, j’ai l’honneur de voir mon livre en lice pour le Prix Champlain 2010 remis annuellement par le Salon du livre international de Québec. L’annonce reçue par mon éditeur disait ceci :

Nous avons bien reçu, en 4 exemplaires chacun, les ouvrages suivants qui seront soumis aux membres du jury du Prix Champlain :
  • Les Flibustiers d’Acadie. Coureurs des mers d’Armand G. Robichaud,
  • Mortelle confession de Jean-Louis Gervais,
  • Gouvernance, santé et minorités francophones de Sylvain Vézina,
  • Lettes d’amour d’un soldat acadien de Jacques Chiasson.
Le Prix Champlain sera remis dans le cadre du Salon international du livre de Québec en avril 2010.

De plus, le « tome 2 » des Lettres d’amour se met lentement en branle. Des réflexions, des mots, de phrases, des paragraphes remplissent progressivement les pages à mon écran. Sa parution arrivera un jour, après plusieurs heures d’agréable travail et de patience.

Mon frère Claude (webmestre de profession) et moi sommes à mettre sur pied un portail Internet destiné aux créateurs de tous les domaines artistiques. La Toile des créateurs se veut un arrimage entre les écrivains, peintres, sculpteurs et autres créateurs, et les organismes, entreprises ou individu, en quête d’œuvres, de créations, pour leurs membres, leurs employés ou pour leur simple plaisir personnel. Allez y faire un tour. Donnez-m’en des nouvelles.

L’Association acadienne de la région de Québec (AARQ), dont j’ai été réélu secrétaire pour deux autres années, poursuit ses activités pendant la saison estivale. Quelques-uns de nos membres participeront activement au Congrès mondial acadien de Caraquet, NB. D’autres seront de notre fête nationale du 15 août à Québec et partout en Acadie.

L’AARQ est toujours en période de recrutement. Acadiens, Acadiennes et « acadianophile », vous êtes les bienvenus. Que vous soyez de la grande région de Québec ou d’ailleurs au Québec, au pays ou plus loin, on vous invite à vous joindre à nous. Pour un petit 20 $ par année, vous recevrez notre journal L’AARQ-en-ciel et vous pourrez participer à nos activités ainsi qu’à celles des associations auxquelles nous sommes affiliés. Écrivez-moi pour recevoir le formulaire d’adhésion.

Vous connaissez le Concours de paroliers de langue française? Mis en place par l’Organisation de la Journée de l’Hymne au printemps. Anne et moi y avons déposé chacun un texte. Près de mille textes ont été soumis pour cette 11e édition, parrainée cette année par Daniel Lavoie. Les gagnants seront nommés d’ici deux semaines.

L’été, les vacances. Je vous souhaite du beau temps, des rencontres enrichissantes, des lectures agréables.




20 décembre 2008

Chers lecteurs, chères lectrices,

Voilà déjà un an, le 2 décembre 2008, je lançais Lettres d’amour d’un soldat acadien. Le travail d’apprentissage, de lecture, de recherche et de rédaction arrivait à sa conclusion. Le livre pouvait enfin être publié. J’étais loin de m’attendre à toute la belle aventure qu’il allait me faire vivre. Et j’ai bien l’impression que ce n’est pas terminé.

La rencontre avec les lecteurs, connus et inconnus, en a été la première belle surprise. Combien d’histoires m’a-t-on racontées? Celle du couple s’étant fréquenté par lettres. Celle du fils se rappelant son père ou son grand-père militaire. Celle du conjoint actuellement en Afghanistan.

Puis, d’autres rencontres, des découvertes, des apprentissages :

Mes éditeurs : des gens passionnés par leur travail et qui savent mettre leurs talents au service des auteurs.

Les auteurs, dont ceux et celles des Éditions de la Francophonie : des échanges enrichissants, de grandes inspirations.

Les amis, nouveaux et anciens : avec qui, grâce à cette aventure, j’ai noué et resserré les liens d’amitié.

L’Acadie : ce pays sans frontières dont j’ai redécouvert les lieux, les gens, les artistes, la langue.

Mes origines : le réveil de souvenirs enfouis, l’ouverture de nouvelles portes. « J’ai revu mes appartenances », chante Claude Gauthier.

Ma famille : les cousins, cousines, oncles et tantes que j’ai revus, que j’ai connus; maman, mes frères et sœurs et leurs familles, qui m’ont si chaudement appuyé, chacun à leur façon; ma conjointe et mes enfants, mes amours!

Merci à tous ceux et toutes celles qui, même à leur insu, ont contribué à ce bonheur!

Petit à petit, tout se met en place pour la rédaction du prochain livre. De nouvelles lettres raconteront la vie du parachutiste Marcel et de Thérèse, sa jolie Trifluvienne, dans un pays qui se remet lentement en marche après ces longues années de guerre. En comparaison avec aujourd’hui, le temps et l’espace de la fin des années quarante avaient un impact d’une différente importance sur le quotidien des gens de l’époque. Comment feront-ils évoluer leur amour à travers tous ces défis? Comment en viendront-ils à se revoir plus souvent, à mieux se connaître, pour en arriver à unir leurs vies?

Je profite de l’occasion, pour vous souhaiter, chers lecteurs et lectrices, une année 2009 remplie de bonheurs réalisés. Dans ce monde dans lequel nous vivons, où tout ne tourne pas toujours très rond, chacun se doit de créer son propre bonheur et en faire bénéficier son voisin. Par la force de l’addition de tous ces bonheurs, tous en sortiront grandis et les joies se multiplieront. Je vous souhaite de bons moments de lecture et de merveilleuses découvertes littéraires.

À bientôt!





20 septembre 2008

Chers lecteurs, chères lectrices,

Je serai présent au Salon du livre de la péninsule acadienne à Shippagan au Nouveau-Brunswick du 9 au 12 octobre.

Ce dimanche 12 octobre, je participerai au Café des mots dans le cadre du Salon du livre de Shippagan. La rencontre, animée par David Lonergan, se tiendra sur la Scène Média de 10 h 30 à 11 h 30.

Je serai également présent au Salon du livre de Dieppe au Nouveau-Brunswick du 23 au 26 octobre.




12 août 2008 +

Chers lecteurs, chères lectrices,

  • L’été est pluvieux au Québec. J’espère qu’il est plus ensoleillé pour ceux d’entre vous qui habitent à l’extérieur de notre belle province. Quoi qu'il en soit, les vacances sont toujours un bon temps pour lire. Et pour écrire. Alors, à vos bouquins et à vos plumes!
  • J’ai récemment eu l’honneur d’apprendre que mon livre Lettres d’amour d’un soldat acadien avait été retenu comme un des huit finalistes (+) pour le prix France-Acadie. Ce prix fut créé en 1979. Le journal L’Acadie Nouvelle en publiait la liste le 15 juillet dernier.

Prix France-Acadie : huit finalistes

Mise à jour le mardi 15 juillet 2008

DIEPPE — Huit oeuvres ont été choisies par le jury de présélection du prix France-Acadie 2008, sous la présidence d'Alain Dubos. Les oeuvres finalistes sont : Théâtre de Jules Boudreau (La Grande Marée), Chroniques de Memramcook, de Gérard-Émile LeBlanc (Éditions de la Francophonie), Le pilote du Roy, de Françoise Enguehard (Bouton d'or Acadie), Parlures d'Acadie, un collectif de sept auteurs (Planète Rebelle), Évangéline et Gabriel, de Pauline Gill (Lanctôt Éditeur), Le silence de la neige, de Martine L. Jacquot (Humanitas), Histoire des Acadiens, de Maurice Basque et Sylvain Godin (La Grande Marée) et Lettres d'amour d'un soldat acadien, de Jacques Chiasson (Éditions de la Francophonie). La remise du prix se tiendra le vendredi 21 novembre 2008, à la Mairie du XVe arrondissement de Paris. Rappelons que le prix France-Acadie est décerné annuellement et qu'il représente une valeur de mille euros auxquels s'ajoute une participation aux frais de voyage et de séjour en France du lauréat. C'est une initiative des Amitiés Acadiennes, organisme auquel contribue la Fondation de France. - L'AN

L’aventure ne cesse de me surprendre.

  • Le 15 août approche à grands pas. Savez-vous que c’est le jour de la Fête nationale des Acadiens? Cette année, dans le cadre du 400e anniversaire de la Ville de Québec, les festivités seront d’autant plus grandioses. Des activités s’étaleront sur toute la journée : messe, levée du drapeau acadien, spectacles. Et surtout, sortez vos chaudrons, vos cuillères et tout ce qui « mène du train » et venez célébrer avec nous le grand Tintamarre acadien, dès 18 h.
  • Vous êtes Acadien? Vous êtes Acadien? Ou vous êtes intéressés par tout ce qui concerne ce peuple qui a survécu à tous les vents et toutes les tempêtes? D’où que vous soyez, à Québec, au Québec ou ailleurs dans le monde, joignez-vous à l’Association acadienne de la Région de Québec. Cliquez ici pour les détails.
  • Continuez de me donner de vos nouvelles. J’adore vous lire.



6 juillet 2008

Chers lecteurs, chères lectrices,

Voici enfin la copie vidéo du reportage que j’ai eu le plaisir de tourner le printemps dernier. C’était dans le cadre de l’émission Bonheur total diffusée sur le réseau de VOX-TV au Québec. Ils m’ont fait cet honneur pour mon livre Lettres d’amour d’un soldat acadien. Pour visionner cette vidéo, cliquez ici. (Note: la qualité de la vidéo n'étant pas assez élevée, prière de visionner seulement à 100%.)

Je tiens à nouveau à féliciter et remercier M. Carlo Alberton, réalisateur du reportage, pour sa sensibilité et son professionnalisme.

Autre nouvelle : mon éditeur m’a récemment annoncé que Lettres d’amour d’un soldat acadien était finaliste pour le prix France-Acadie 2008 remis par la Société nationale des Acadiens en collaboration avec Les Amitiés Acadiennes. Peu importe ce qui adviendra, y être finaliste est déjà un honneur. Le parachutiste Marcel doit être heureux là-haut.

Bon été en lecture et en écriture.




1er mai 2008

Chers lecteurs, chères lectrices,

• L’année 2008 des Salons du livre a complété sa première phase. Merci à tous ceux et celles qui m’ont rendu visite. Après les vacances estivales, les Salons reviendront dans d’autres régions au Québec et au Nouveau Brunswick. Surveillez l’annonce des prochaines dates vers la fin de l’été.

• Le reportage diffusé le lundi 31 mars à l’émission Bonheur total sur le réseau de VOX-TV au Québec a été très apprécié. Des démarches sont en cours pour que je puisse en installer une copie sur ce site. Je vous tiendrai au courant.

• Bon été et bonnes vacances en lecture. J’ajouterai « et en écriture » si le cœur vous en dit.




1er avril 2008

Chers lecteurs, chères lectrices,

• L’année 2008 des Salons du livre est en cours. Venez me rencontrer au kiosque de Distribution Raffin. Référez-vous aux sites web pour connaître les dates et heures des séances de signature des auteurs.
Nota : Pour Trois-Rivières, je serai présent vendredi soir. Les heures pour samedi et dimanche restent à confirmer.

• Ce lundi 31 mars, l’émission Bonheur total diffusée sur le réseau de VOX-TV au Québec m’a fait l’honneur d’un reportage au sujet du livre Lettres d’amour d’un soldat acadien. Cliquez ici, sélectionnez votre région dans le haut et repérez le titre de l’émission. Vous y trouverez aussi l’horaire des rediffusions.

• Je tiens à féliciter et à remercier M. Carlo Alberton, réalisateur du reportage sur Vox TV, pour sa sensibilité et son professionalisme.




12 janvier 2008

Chers lecteurs, chères lectrices,

• Les vidéos du lancement du 2 décembre à Trois-Rivières sont maintenant accessibles, cliquez ici.

• Lisez des extraits de commentaires reçus de lecteurs et lectrices, cliquez ici.

• N’hésitez pas à m’envoyer les vôtres en cliquant ici.




2 janvier 2008

Chers lecteurs, chères lectrices,

• Le mercredi 26 décembre 2007, le journal Hebdo Québec — secteur de la Haute-Saint-Charles publiait un article au sujet de mon récent livre. Ce même article paraissait également dans l’hebdo de la MRC Jacques-Cartier. Pour lire l’article, cliquez ici ou bien pour une copie PDF, cliquez ici.

• Je profite de l’occasion pour vous souhaiter, chers lecteurs, une merveilleuse année 2008 remplie, entre autres, de découvertes littéraires. Suggestion : lisez chaque mois un auteur qui vous est inconnu.




16 décembre 2007

Chers lecteurs, chères lectrices,

• Mon entrevue du samedi 15 décembre à la radio de Radio-Canada Atlantique (Moncton) est accessible sur le Web. Dans le cadre de l’émission « Anne et compagnie », je m’entretiens avec l’animatrice Anne Godin au sujet du lancement de mon livre. Cliquez ici.

• Je profite de l’occasion pour vous souhaiter, chers lecteurs, une merveilleuse année 2008 remplie, entre autres, de découvertes littéraires. Suggestion : lisez chaque mois un auteur qui vous est inconnu.




10 décembre 2007

Chers lecteurs, chères lectrices,

• Le lancement d’hier (9 décembre) à Québec a été un succès. Merci à tous ceux et celles qui ont pu y assister.

• Ce matin (10 décembre), j’ai eu l’honneur d’être reçu en entrevue à la radio de Radio-Canada Mauricie, dans le cadre de l’émission « Chez-nous le matin ».
Cliquez ici pour entendre ou réentendre l’entretien.

• Ne manquez pas samedi prochain, le 15 décembre à 9h10 (HNE), je serai en entrevue à la radio de Radio-Canada Moncton (10h10 heure de l’Atlantique), dans le cadre de l’émission « Anne et compagnie ». Je m’entretiendrai avec l’animatrice Anne Godin au sujet du lancement de mon livre.




7 décembre 2007

Chers lecteurs, chères lectrices,

• Le lundi 10 décembre prochain à 8 h 45 (HNE), je serai en entrevue à la radio de Radio-Canada Mauricie, dans le cadre de l’émission «  Chez-nous le matin ». Je m’entretiendrai avec Hélène Maynard au sujet du lancement de mon livre.

• Le samedi 15 décembre prochain à 9 h 10 (HNE), je serai en entrevue à la radio de Radio-Canada Moncton (10 h 10 heure de l’Atlantique), dans le cadre de l’émission « Anne et compagnie ». Je m’entretiendrai avec l’animatrice Anne Godin au sujet du lancement de mon livre.

• Dernier rappel : prochain lancement, ce dimanche 9 décembre à Québec. Je vous y attends.




5 décembre 2007

Chers lecteurs, chères lectrices,

J’ai le bonheur de vous annoncer la parution de mon tout premier livre « Lettres d’amour d’un soldat acadien » paru aux Éditions de la Francophonie.

Le lancement officiel a eu lieu le 2 décembre dernier au café galerie L’Embuscade à Trois-Rivières. Une soixantaine de personnes sont venues m’y rencontrer pour un autographe. Des photos de la rencontre sont déjà disponibles sur ce site. D’autres s’ajouteront bientôt, en plus d’une vidéo. Revenez voir!

Si vous avez raté ce rendez-vous ou si vous désirez répéter l’expérience, joignez-vous à moi lors de la prochaine séance de signature qui se tiendra dimanche prochain, le 9 décembre à la Bibliothèque Chrystine-Brouillet à Loretteville à 14 h. Au plaisir de vous y rencontrer.




© COPYRIGHT 2007-2010 Tous Droits Réservés